Site de l'association Bordeaux Métropole des Quartiers 2020

Après les 3B, les 4 C… Ou retours sur mes vœux à l’I-Boat

Après les 3B, les 4 C… Ou retours sur mes vœux à l’I-Boat

Je présentais mes vœux la semaine dernière à l’I-Boat que tout le monde connaît désormais. Dans mon discours de vœux, je suis revenu sur cet étrange alphabet.

Tout le monde connaît les 3B, Bacalan, Bastide, Belcier. Cela correspondait à la volonté d’Alain Juppé d’aménager ces trois zones dans son projet de 1995. Près d’un quart de siècle après, c’est devenu les grands programmes d’aménagement de Bassins à Flot, Brazza, Bastide Niel et Euratlantique.

Il me paraît important de passer désormais, à ce que j’ai appelé les 4 C : consolider, coopérer, conquérir et co-construire.

Consolider.

Bordeaux et sa métropole se sont considérablement développés ces dernières années. Selon l’INSEE, entre 2011 et 2016, nous sommes même la métropole de France qui s’est le plus développée : + 55.000 habitants. C’est comme si les villes de Bassens, Cenon et Lormont étaient apparues d’un coup. En aussi peu de temps. Il est indispensable aujourd’hui de consolider tout cela : accompagner par des centaines de classes (dans des structures pérennes ou éphémères), la vie associative, la culture… Et bien sûr la résolution des problèmes de circulation. Cela veut aussi dire de s’interroger sur la poursuite ou non de toutes les grandes opérations d’aménagement. Bassins à flot, Brazza, Bastide Niel et Euratlantique vont arriver à maturité entre 2025 et 2030, sans parler de l’ineptie de la Jallère. Des milliers, voire des dizaines de milliers de logements. Est-ce bien raisonnable ? Poser la question, c’est déjà y répondre.

Coopérer.

Nous avons ces dernières années été obsédés par la compétition entre métropoles. Nous avons plus regardé Toulouse, Nantes ou Bilbao que Saint-André-de-Cubzac, Langon ou Castillon-la-Bataille. Le mouvement des Gilets Jaunes marque aussi le retour des territoires. Il faut donc mieux articuler la métropole avec ses communes proches. En 2018, 13.000 emplois ont été créés en Gironde. Dont 11.000 sur la métropole. Le déséquilibre est trop fort. Pour mettre en place ces nouvelles coopérations, il faut un outil. Loin des grandes messes ou des pactes territoriaux technocratiques qui ne débouchent sur rien. Je le sais. Je les ai expérimentés moi-même. Cet outil, c’est le RER métropolitain. C’est notre nouvel horizon. Le tramway a permis de réveiller Bordeaux et de réconcilier les 2 rives. La LGV a permis à Bordeaux de se métropoliser. Le RER permettra à Bordeaux de coopérer.

Conquérir.

Comme toujours, il nous faut de nouveaux défis, de nouveaux terrains d’expérimentation pour mieux répondre aux aspirations de la population. Certains ont déjà commencé à être cultivés, comme la culture. D’autres doivent permettre de faire un bond en avant en termes de politique publique municipale et métropolitaine. J’en ai deux en tête : la santé et l’éducation. J’y reviendrai très longuement dans les mois qui viennent.

Co-construire.

Bien sûr avec les citoyens. La démocratie participative doit passer à l’âge adulte. Les Conseils de quartier, lieux de plus en plus institutionnels, sont trop souvent devenus des outils de marketing politique. Les budgets participatifs s’apparentent par trop à une sorte de concours avec quelques lauréats, vite valorisés en une des magazines municipaux. Non, il faut aller plus loin. Beaucoup plus loin. Que l’élu et les services acceptent de céder leur pouvoir, de donner les clés… Il existe des solutions. Pourquoi pas des référendums d’initiative métropolitains sur des grands sujets comme les boulevards ?

Et enfin, et c’est le plus important. Il faut aussi co-construire avec notre environnement, la nature… Nous avons une responsabilité historique. Sinon, dans quelques années, nos enfants ou petits-enfants diront : mais qu’ont-ils fait en 2010, 2020…. Pour que tout soit saccagé à ce point, planète et démocratie ?

 

 

Vincent Feltesse

VINCENT FELTESSE

Conseiller Municipal d’opposition, Conseiller Métropolitain à Bordeaux Métropole, Élu au Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine

Diplômé d’HEC et titulaire d’un DEA d’Histoire, ce père de 3 enfants, marié, est d’abord journaliste avant d’intégrer l’IEP Bordeaux en tant qu’enseignant. Il débute la politique en 1994 au sein du Cabinet de Philippe Madrelle sur les affaires sociales, puis il est en 1998 le directeur de cabinet d'Alain Rousset. Il poursuit ensuite en tant que Premier maire de gauche de Blanquefort de 2001 à 2012, directeur de la campagne numérique du candidat François Hollande en 2012, député de la 2ème circonscription de la Gironde de 2012 à 2014, et surtout président de LA CUB de 2007 à 2014. Vincent devient après cela Conseiller du Président de la République François Hollande, en charge des relations avec les élus, des études d’opinion et des argumentaires politiques. Il est actuellement Conseiller à la Cour des Comptes, en complément de ses différents mandats locaux.

> Voir la biographie

C’EST QUOI BMQ 2020 ?

L'association réunit des habitants de Bordeaux Métropole qui œuvrent à créer une dynamique locale, collective et partagée, autour des notions de progrès social, environnemental & économique en vue des Municipales de 2020 ... et bien au-delà.

LE TWEET DE VINCENT

Un homme âgé. Insulté. Presque molesté. Des slogans antisémites. Nous voici tout tout près de revenir au pire. Indi… https://t.co/17kIM5zDa0

Top