Site de l'association Bordeaux Métropole des Quartiers 2020

Cité du Vin qui rit, Base sous-marine qui pleure. Où en est la culture à Bordeaux ?

Cité du Vin qui rit, Base sous-marine qui pleure. Où en est la culture à Bordeaux ?

Comme souvent dans la vie, les annonces se choquent et même s’entrechoquent. La Cité du Vin vient d’annoncer un premier bilan extrêmement positif  avec 425 000 visiteurs et 250 emplois créés.

Bilan 1 an Cité du Vin

Il est également possible de citer d’autres faits positifs dans le registre culturel. Pola, son talent et ses 80 emplois vont migrer en fin d’année dans les entrepôts Pargade. Un emplacement extraordinaire, des locaux vastes, une inscription dans les temps et un financement quasiment bouclé grâce aux interventions de la Caisse des dépôts et Consignations, de la Région Nouvelle-Aquitaine et de la Métropole. La MECA, , nouvelle appellation du Pole Régional de la Culture et de l’Economie Créative portée par la Région,  commence à sortir de terre. Les ateliers d’artistes sont enfin là. Tout comme les travaux de la Salle des fêtes. L’intérêt du projet peut faire oublier l’importance des retards. Mais au-delà de ces exemples réussis, il existe plusieurs exemples inquiétant sur l’état de la culture dans notre ville.

Bordeaux_MECA

 

– D’abord la base sous marine. C’est un potentiel énorme et des difficultés de mise en oeuvre tout aussi fortes. La mairie a fait le choix l’an passé de saucissonner ce lieu en 3 et de faire appel à une Délégation de Service Public pour en exploiter une partie. A l’époque, j’avais fait part de mon scepticisme et voté contre en mettant en avant l’insuffisance des moyens mis par la ville. J’avais malheureusement raison. Preuve en est, les délibérations de ce lundi 12 juin : la DSP est abandonnée faute de candidats crédibles.

– Ensuite, le CAPC. Il est un peu passé sous les radars. Il rayonne moins. Il y a quelques mois le personnel lançait même une pétition. Il n’existe pas à ma connaissance de chiffres officiels sur la fréquentation, mais ceux qui circulent sont plus qu’inquiétants. On parle d’une baisse de plus de 30%. Le Conseil Municipal sera le bon lieu pour demander des chiffres précis. Cette fragilité est aussi constatée dans les autres musées qui n’ont pas les moyens de leurs légitimes ambitions.

– A l’intérieur du CAPC, Arc en Rêve continue de faire face à des difficultés. La forte baisse de subvention en avait ému plus d’un. Dont moi. Surtout, quel est le projet d’Arc en Rêve dans les années qui viennent ? Avec quels moyens ? Quelle articulation avec d’autres lieux ou manifestations et notamment Agora, dont le succès grandit ?

– Le spectacle vivant est aussi en peine. Le TNBA connaît des tensions financières très fortes. La durée des représentations a du être diminuée alors que c’était un des points forts du projet de Catherine Marnas. Faire jouer longtemps les spectacles pour qu’ils se diffusent par capillarité. Qu’ils infusent dans toute la ville, tous les quartiers. Les spectateurs des premiers spectacles sont toujours les plus avertis, les plus insérés.

– L’Opéra de Bordeaux, qui était devenu national sous l’impulsion de Thierry Fouquet, directeur à la gouvernance apaisée, est désormais en zone de turbulence.

Le projet autour des nouvelles écritures de la Manufacture Atlantique est abandonné depuis quelques temps. Une partie des activités du Cuvier de Feydeau de Artigues va être accueillie. Nous ne sommes pas dans l’expansion.

La Boîte à Jouer vient de fermer et le Glob Théâtre tient son projet grâce au militantisme de ses dirigeants mais avec des moyens qui ne sont pas au niveau.

La politique des festivals et des aides à la création est quelque peu chaotique.  Le fameux fond connaît des à-coups. Le fléchage des crédits vers « Paysages Bordeaux 2017 » a pu braquer certains acteurs locaux. Des membres de la commission la contestent. Les ordres du jour et les sommes sont attribuées au dernier moment. Il ne s’agit plus de 200 000 € à attribuer, mais juste 100 000. De nouveaux évènements comme le Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (Fab) s’interroge sur les moyens pour les prochaines éditions, …

culture_base_sous_marine_bordeaux

Bordeaux avait connu ses dernières années une forme de nouveau souffle en matière culturelle.
Tout n’était pas réussi – comme toujours – mais il y avait eu des efforts. Des mises en synergie.
Quelques mois, années après, l’oxygène vient à manquer.

Ailleurs, dans un contexte de fortes contraintes budgétaires, il existe de belles expériences à méditer, voire dupliquer. Pour ceux qui sont las de l’exemple nantais trop souvent cité, il est possible d’aller plus au Nord. De passer de l’Atlantique à la Manche : les 500 ans de la ville du Havre sont par exemple une très belle réussite, notamment en terme d’occupation de l’espace public.

Vincent Feltesse

VINCENT FELTESSE

Conseiller Municipal d’opposition, Conseiller Métropolitain à Bordeaux Métropole, Élu au Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine

Diplômé d’HEC et titulaire d’un DEA d’Histoire, ce père de 3 enfants, marié, est d’abord journaliste avant d’intégrer l’IEP Bordeaux en tant qu’enseignant. Il débute la politique en 1994 au sein du Cabinet de Philippe Madrelle sur les affaires sociales, puis il est en 1998 le directeur de cabinet d'Alain Rousset. Il poursuit ensuite en tant que Premier maire de gauche de Blanquefort de 2001 à 2012, directeur de la campagne numérique du candidat François Hollande en 2012, député de la 2ème circonscription de la Gironde de 2012 à 2014, et surtout président de LA CUB de 2007 à 2014. Vincent devient après cela Conseiller du Président de la République François Hollande, en charge des relations avec les élus, des études d’opinion et des argumentaires politiques. Il est actuellement Conseiller à la Cour des Comptes, en complément de ses différents mandats locaux.

> Voir la biographie

C’EST QUOI BMQ 2020 ?

L'association réunit des habitants de Bordeaux Métropole qui œuvrent à créer une dynamique locale, collective et partagée, autour des notions de progrès social, environnemental & économique en vue des Municipales de 2020 ... et bien au-delà.

LE TWEET DE VINCENT

RT @PME_Bordeaux: Les 25 entrepreneurs qui font bouger Bordeaux et sa région https://t.co/hTA4DhsTeU

Top