Site de l'association Bordeaux Métropole des Quartiers 2020 et de Vincent Feltesse

Primark et la biodiversité

Primark et la biodiversité

C’est presque devenu un rituel. Un nouveau rapport sur l’état de la planète qui provoque une vague d’émotion. On l’a connu avec le rapport du GIEC, les milliers de scientifiques qui ont signé pour le climat… L’espace médiatique et émotionnel est saturé, pendant deux ou trois jours. Des promesses politiques, entrepreneuriales, citoyennes sont faites. Et les choses retombent.

Il risque d’en être de même pour le rapport publié hier sur l’état de la biodiversité. Les chiffres pourtant sont plus qu’affolants. La Terre est au début de la 6e « extinction de masse ». 75% du milieu terrestre et deux tiers du milieu marin sont « sévèrement altérés » : 1M d’espèces naturelles (sur 8,7 existantes) sont menacées d’extinction et le rythme de destruction du vivant est jusqu’à 100x plus rapide qu’au cours des 10M d’années qui viennent de s’écouler. 5 causes identifiées : 1) disparition des milieux naturels, 2) surexploitation (agriculture, pêche), 3) changement climatique, 4) pollutions, 5) espèces envahissantes. Un seul coupable : l’homme.

Mais pour réellement agir et non plus réagir, il va falloir sortir de notre schizophrénie et les uns et les autres faire des choix.

Le dernier conseil municipal de Bordeaux a été une parfaite illustration de celle-ci. En début de conseil, une belle motion sur l’interdiction des sacs plastiques. D’autant plus facile, que ce n’est pas une compétence directe de la ville et que l’horizon n’est pas immédiat. Et en fin de conseil, une ode à Primark, un nouveau temple de la consommation de masse pour les vêtements et la mode. Tous les arguments classiques y sont passés : l’emploi, l’intégration sociale… Ces arguments sont connus et reconnus. Totalement éculés. Ils sont utilisés depuis des dizaines d’années pour justifier les hypermarchés, ogre écologique et humain.

Les élections municipales sont dans onze mois. Quelques évidences apparaissent : la nécessité d’articuler ville/métropole et reste du territoire, retour à une forme de « localisme » même si ce terme a une connotation particulière et transition écologique.

Il faudra être concret et trancher. Nous le ferons.

NB Le site de l’IPBES (en anglais, mais il y a aussi une plateforme française) https://www.ipbes.net/

Vincent Feltesse

VINCENT FELTESSE

Conseiller Municipal d’opposition, Conseiller Métropolitain à Bordeaux Métropole, Élu au Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine

Diplômé d’HEC et titulaire d’un DEA d’Histoire, ce père de 3 enfants, marié, est d’abord journaliste avant d’intégrer l’IEP Bordeaux en tant qu’enseignant. Il débute la politique en 1994 au sein du Cabinet de Philippe Madrelle sur les affaires sociales, puis il est en 1998 le directeur de cabinet d'Alain Rousset. Il poursuit ensuite en tant que Premier maire de gauche de Blanquefort de 2001 à 2012, directeur de la campagne numérique du candidat François Hollande en 2012, député de la 2ème circonscription de la Gironde de 2012 à 2014, et surtout président de LA CUB de 2007 à 2014. Vincent devient après cela Conseiller du Président de la République François Hollande, en charge des relations avec les élus, des études d’opinion et des argumentaires politiques. Il est actuellement Conseiller à la Cour des Comptes, en complément de ses différents mandats locaux.

> Voir la biographie

C’EST QUOI BMQ 2020 ?

L'association réunit des habitants de Bordeaux Métropole qui œuvrent à créer une dynamique locale, collective et partagée, autour des notions de progrès social, environnemental & économique en vue des Municipales de 2020 ... et bien au-delà.

LE TWEET DE VINCENT

RT @UlloWorld: Tout l’écosystème de la filière santé en @NvelleAquitaine se retrouve à la @ParisHealthcare et écoute attentivement @fjeanso

Top