Site de l'association Bordeaux Métropole des Quartiers 2020 et de Vincent Feltesse

Retour sur l’impact des Gilets jaunes sur les commerces de centre ville à Bordeaux

Retour sur l’impact des Gilets jaunes sur les commerces de centre ville à Bordeaux

J’ai passé beaucoup de temps ces derniers jours à discuter avec les commerçants du centre ville, sédentaires,ou nomades dans les quartiers de Saint-Pierre, Saint Christoly, Cours de la Marne, Victoire, Capucins. J’étais encore ce matin à la rencontre place Saint Projet que fait la ronde des quartiers avec plusieurs d’entre eux.
Quelques enseignements, originaux ou non.
– Une situation commerciale réellement dégradée. Les mois de décembre et janvier sont traditionnellement les plus gros mois, et le samedi la plus grosse journée. On est bien sur les – 5 à – 40% évoqués dans les médias. Le fait que la braderie ait été avancée d’une journée pour qu’elle ne se déroule pas le samedi est une autre mauvaise nouvelle, même si le choix n’existait pas.
– Le sentiment que le plus dur est à venir. La trésorerie a été consommée, les primes de fin d’année n’ont pas été versées… Bref, il ne reste plus de marge et les échéances trimestrielles vont se mettre à tomber dans les semaines qui viennent. Le fait que le mouvement ne semble pas s’essouffler à Bordeaux rend les commerçants particulièrement moroses. Certains évoquent même un mouvement qui durerait à Bordeaux jusqu’à la tenue du G20 cet été à Biarritz.
– La conviction que les parts perdues vont mettre beaucoup de temps à être retrouvées. Pour eux, beaucoup de personnes ont perdu l’habitude d’aller faire leur course le samedi en centre ville et ceu au profit des hypermarchés de périphérie et du commerce en ligne.
– Un mélange de colère et d’incompréhension. Contre les casseurs qui visent leurs commerces, alors que leur situation est rarement florissante. Ils ne comprennent pas pourquoi ils sont visés. Sont inquiets par cette déferlante de violence, d’insultes et la méconnaissance de la situation réelle de beaucoup d’entre eux. Parfois assez modestes.
Ils ne comprennent pas non plus le sens de l’interruption très tôt dans la journée du tramway.
Et se désolent d’une trop faible prise en considération de leur situation très délicate par les institutions et responsables, plus nationaux que locaux d’ailleurs.
– Un espoir dans le fonds d’indemnisation mais aussi une crainte d’une lourdeur trop forte. Ils demandent tous un allègement des taxes et impôts. Pour eux, l’étalement des charges n’est clairement pas une solution.
Bref, il va falloir agir. Rapidement, profondément mais aussi dans la durée. Nous en parlerons sûrement au Conseil municipal de lundi prochain.

Vincent Feltesse

VINCENT FELTESSE

Conseiller Municipal d’opposition, Conseiller Métropolitain à Bordeaux Métropole, Élu au Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine

Diplômé d’HEC et titulaire d’un DEA d’Histoire, ce père de 3 enfants, marié, est d’abord journaliste avant d’intégrer l’IEP Bordeaux en tant qu’enseignant. Il débute la politique en 1994 au sein du Cabinet de Philippe Madrelle sur les affaires sociales, puis il est en 1998 le directeur de cabinet d'Alain Rousset. Il poursuit ensuite en tant que Premier maire de gauche de Blanquefort de 2001 à 2012, directeur de la campagne numérique du candidat François Hollande en 2012, député de la 2ème circonscription de la Gironde de 2012 à 2014, et surtout président de LA CUB de 2007 à 2014. Vincent devient après cela Conseiller du Président de la République François Hollande, en charge des relations avec les élus, des études d’opinion et des argumentaires politiques. Il est actuellement Conseiller à la Cour des Comptes, en complément de ses différents mandats locaux.

> Voir la biographie

C’EST QUOI BMQ 2020 ?

L'association réunit des habitants de Bordeaux Métropole qui œuvrent à créer une dynamique locale, collective et partagée, autour des notions de progrès social, environnemental & économique en vue des Municipales de 2020 ... et bien au-delà.

Top