Site de l'association Bordeaux Métropole des Quartiers 2020

Pour des gilets blancs !

Pour des gilets blancs !

L’acte IV, samedi prochain, des gilets jaunes peut donner lieu à de nouvelles confrontations très violentes entre manifestants et forces de l’ordre. Ce qui est marquant, c’est que cette violence peut surgir partout et être le fait de tout le monde. Nous l’avons bien vu à Bordeaux samedi dernier. Nous étions bien loin de l’habituelle tempérance bordelaise. De même les profils des personnes jugées dès lundi après les heurts à Paris étaient extrêmement divers. Peu ou pas d’extrémistes, d’ultras, de personnes fichées même si elles ont contribué à la polarisation, mais des gens exaspérés, désespérés et commettant une sorte d’irréparable. Des intérimaires, un électricien, un maçon, un garçon boucher… venant de Gap, Yssingeaux, Gournay-en-Bray, de Brezolles, bref de toute la France.

L’urgence est d’empêcher que de nouveaux heurts se produisent samedi prochain. Notre pays est trop fragile, trop fragmenté pour se le permettre une nouvelle fois.

Il en va bien sûr de la responsabilité des manifestants, des forces de l’ordre mais aussi de nous tous. Je m’explique.

Lors des émeutes de 2005, dans plusieurs villes élus locaux, militants associatifs et syndicaux, parents se relayaient jour et nuit autour des bâtiments publics et des lieux symboliques. Il s’agissait bien sûr de protéger et d’empêcher les dégradations mais aussi et surtout les heurts entre jeunes et forces de l’ordre. Nous en sommes déjà à 3 morts depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Il faut un airbag, des gilets blancs à l’instar des casques blancs… Cela peut être le rôle des corps intermédiaires, bêtement et naïvement mis à la trappe durant quelques mois.

Vincent Feltesse

VINCENT FELTESSE

Conseiller Municipal d’opposition, Conseiller Métropolitain à Bordeaux Métropole, Élu au Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine

Diplômé d’HEC et titulaire d’un DEA d’Histoire, ce père de 3 enfants, marié, est d’abord journaliste avant d’intégrer l’IEP Bordeaux en tant qu’enseignant. Il débute la politique en 1994 au sein du Cabinet de Philippe Madrelle sur les affaires sociales, puis il est en 1998 le directeur de cabinet d'Alain Rousset. Il poursuit ensuite en tant que Premier maire de gauche de Blanquefort de 2001 à 2012, directeur de la campagne numérique du candidat François Hollande en 2012, député de la 2ème circonscription de la Gironde de 2012 à 2014, et surtout président de LA CUB de 2007 à 2014. Vincent devient après cela Conseiller du Président de la République François Hollande, en charge des relations avec les élus, des études d’opinion et des argumentaires politiques. Il est actuellement Conseiller à la Cour des Comptes, en complément de ses différents mandats locaux.

> Voir la biographie

C’EST QUOI BMQ 2020 ?

L'association réunit des habitants de Bordeaux Métropole qui œuvrent à créer une dynamique locale, collective et partagée, autour des notions de progrès social, environnemental & économique en vue des Municipales de 2020 ... et bien au-delà.

LE TWEET DE VINCENT

RT @FredericSays: "Une journée plus calme que la semaine dernière". Curieuse tonalité médiatique : les incidents à Paris sont certes moins…

Top